Catégorie dans Autour des sciences et de la société

Comprendre la recherche scientifique :

autour de la rencontre du 5 octobre 2021, quelques liens pour aller plus loin

des revues de vulgarisation :

Epsiloon

nouveau mensuel pour les jeunes, créé par l’ancienne équipe de Science et Vie 01 87 64 09 62 du lundi au vendredi de 9h à 19h   ou en écrivant à abo.epsiloon@uniqueheritage.fr  

https://www.epsiloon.com/?gclid=EAIaIQobChMImdXegZL38gIVCuDtCh1WEQFAEAAYASAAEgJuwPD_BwE

Pour la science :

https://www.pourlascience.fr/     site très bien fait

Sciences humaines :

octobre 2021 Grands Dossiers n°64 – 7,90€   SOMMAIRE DÉTAILLÉ DU DOSSIER

https://www.scienceshumaines.com/qu-est-ce-que-la-science_fr_807.htm?utm_source=MailPerformance&utm_medium=email&utm_content=Consultez+le+sommaire_0038821&utm_campaign=VDP+du+GD64+-+Qu%27est-ce+que+la+science+?+(prospect)_0018KF

Et , dans le domaine des sciences de la vie, pour petits et grands :

les deux revues incontournables :

La Hulotte https://www.lahulotte.fr/

et la Salamandre https://www.salamandre.org/

des livres :

Science en livre http://www.dev.scienceenlivre.org/

10ème Festival   énergie du vivant   http://www.scienceenlivre.org/salon-science-en-livre/

Syndicat national de l’édition

SCIENCE POUR TOUS https://www.sciencespourtous.org/catalogue/?cat=cat8

des sites, des vidéos, des podcasts :

des institutions publiques :

CEA  

La démarche scientifique Pour comprendre et expliquer le réel en physique, chimie, sciences de la vie et de la Terre, les scientifiques utilisent une méthode appelée la démarche scientifique. Quels sont ses grands principes ? Quels outils sont utilisés pour mettre en place des raisonnements logiques ? Découvrez l’essentiel sur la démarche scientifique.  Uniquement sciences de la matière et de la vie, pas de sciences sociales  Avec des vidéos, des schémas, abordable, et un quiz final

https://www.cea.fr/comprendre/Pages/physique-chimie/essentiel-sur-demarche-scientifique.aspx

https://www.youtube.com/watch?v=59wYmEoccF8  La démarche scientifique – YouTube 4 mn très pédagogiques

Dossiers Onisep :

https://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/Des-metiers-par-secteur/Recherche/Les-metiers-et-l-emploi-dans-la-recherche

la Cité des sciences : 

https://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/bibliotheque/enfants-familles/explorations-en-ligne/incroyables-recherches/

et notamment  :  https://youtu.be/7RfyVg-ms5k    le métier de chercheur et de chercheuse

https://youtu.be/HGOIcSNk33c   à quoi ça sert la science ?

des médias :

The conversation :

plusieurs articles, podcast et vidéos destinés aux enfants :

https://theconversation.com/ma-recherche-expliquee-aux-enfants-je-cherche-la-petite-bete-119436

France culture :  

Podcast : Les enfants chercheurs : la recherche scientifique comme modèle d’apprentissage / émission Rue des écoles sur France culture et les émissions hebdo « science en question », « la méthode scientifique ».

des fondations et des associations :

ALEA : association l’esprit d’Archimède :

des articles de vulgarisation mais aussi des conférences, des vidéos, relayées par les services vidéos de l’Université de Lille. Thèmes 2021 – 2022 : l’eau, la transition https://alea.univ-lille.fr/asso.php

La main à la pâte :

Pour les enseignants (surtout, mais aussi pour les autres !)
https://www.fondation-lamap.org/sites/default/files/upload/media/minisites/astep/PDF/guideenseignant_fr.pdf

Doit-on encore présenter la fondation « La main à la pâte » ? Ce sont les experts des sciences à l’école, rien que ça ! Sur leur site internet, vous trouverez des centaines d’expériences à réaliser mais aussi des guides de formation.

Les Savanturiers :    

https://les-savanturiers.cri-paris.org/     pour les enseignants surtout. Le programme vous met en lien avec un parrain issu du monde scientifique, votre mentor. Avec celui-ci et aidé par l’équipe pédagogique du programme, vous pourrez monter un projet qui s’inscrit dans une démarche de recherche scientifique. On vous proposera des formations en présentiel ou grâce à leur chaine Youtube ainsi qu’une conférence pour que vos élèves puissent restituer leurs trouvailles.

Les capsules du MOOC « Education par la recherche »
https://www.youtube.com/playlist?list=PLyIiAQ7OL4c19Plb7DBWpO7OU8qjAKy7p quelques courtes vidéos (capsules) qui vous aideront à vous lancer, que ce soit avec cette association ou en solo. Tout y est très bien expliqué et le format des vidéos (court) permet de regarder tout ça en plusieurs fois, tout en se questionnant entre les visionnages pour monter son projet.

Maikress72

une chaine Youtube pour vous aider à parler science
http://www.maikresse72.fr/2018/10/23/decouverte-chaine-de-sciences-enseignants-billes-de-sciences/

Découvrez cette jeune chaine Youtube, nommée « Billes de sciences » et créée avec l’aide de la main à la pâte. On y décrit une démarche à mettre en place, on y montre des expériences et on nous apporte même les informations théoriques dont vous avez besoin.

« La science en question » 

en physiologie, biochimie et microbiologie : Réalisé par l’Union des Professeurs de Physiologie, Biochimie et Microbiologie (UPBM), le fascicule téléchargeable gratuitement « La Science en Question » reprend des rubriques publiées de 2005 jusqu’à 2019 dans la revue de l’association. Elles permettent de découvrir des chercheurs célèbres qui ont contribué à l’histoire des sciences et de la biologie médicale : Jean Dausset, François Jacob, Jacques Monod, Louis Pasteur… Ainsi sont abordées de façon agréable et graphiquement réussie des questions qui dépassent la biologie : l’immunodéficience, la fermentation alcoolique, le premier gène artificiel et même le préservatif pour grenouilles…
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/01/30012019Article636844292039917459.aspx

https://upbm.org/index.php/publications/revue-l-operon/complements-a-telecharger/file/926-la-science-en-question

Sciences citoyennes :

https://sciencescitoyennes.org/  démocratisation de la science   déontologie de la recherche   tiers secteur de la connaissance etc …

Café de sciences :

https://www.cafe-sciences.org/   Documents très variés

Science populaire :

https://sciencepop.fr/   information scientifique et esprit critique au cœur du débat public

Contre l’imposture et le pseudo-rationalisme :

Renouer avec l’éthique de la disputatio et le savoir comme horizon commun

Bruno Andreotti, Camille Noûs    Dans Zilsel 2020/2 (N° 7), pages 15 à 53     

Mis en ligne sur Cairn.info le 25/08/2020  https://doi.org/10.3917/zil.007.0015

https://www.cairn.info/revue-zilsel-2020-2-page-15.htm

et les dossiers « autour des sciences » de ce site du Comité laïque du Nord

                                                                   liste ci-dessus à corriger, compléter, mettre à jour, merci de faire part de vos expériences, critiques, références, etc                                                                                   J.D. le 21.11.2021

Rencontre des acteurs régionaux autour de « sciences, innovation, société »

Arras, jeudi 13 février 2020 :

Organisée par Ombelliscience à l’Université d’Artois, la rencontre des acteurs régionaux autour de « sciences, innovations, société » a réuni plus d’une centaine de participants

 Attention ! Ceci n’est pas un compte rendu mais quelques réflexions une semaine après la rencontre, quelques impressions fortes, informations et questions importantes et quelques pistes pour notre Comité.

Pour un compte rendu plus complet voir sur le site d’Ombelliscience :

https://www.echosciences-hauts-de-france.fr/articles/rencontre-sciences-innovations-societe-un-foisonnement-d-echanges-d-idees-et-de-projets

Impressions d’ensemble :

    Je craignais une « grand – messe », un défilé de responsables politiques, universitaires, administratifs, aux discours prévisibles : ils étaient présents mais discrets et surtout submergés par plus de 120 participants associatifs, centre sociaux culturels, médiathèques, fablabs, musées (souvent petits), professionnels de la médiation scientifique qui apportaient leur expérience concrète. L’organisation de la journée leur faisait la part belle : tables rondes très ouvertes, speed dating, stands. Les poids lourds des grandes agglomérations ne dominaient pas, la plupart des participants venaient de petites villes, de villages ou de groupements de communes du rural profond, la soif de culture (au sens très large du mot, y compris la culture scientifique) est présente partout, et les initiatives pour y répondre sont nombreuses. Par rapport à l’objectif officiel « comment intégrer les sciences et techniques à l’action culturelle ? » et du point de vue de la participation, en quantité et en qualité, cette première est une réussite.

Des précisions, des informations, des questions nouvelles (au moins pour moi) :

  Quelques distinctions utiles : 

La vulgarisation, c’est ce que font des journalistes spécialisés («Science et vie» etc) pour différents niveaux de lecteurs (enfants, ados, adultes éclairés etc), ce que font aussi certains universitaires, beaucoup moins qu’en Grande Bretagne où cela semble normal pour un prof de fac. Ce n’est pas une tâche facile : il faut à la fois être au top dans sa discipline et compren-dre les enjeux sociaux de la recherche. car souvent la demande du public est : « pouvez vous nous expliquer simplement pourquoi c’est compliqué ? ». Du fait de la spécialisation de plus en plus fine des scientifiques un besoin nouveau est apparu  : la vulgarisation devient indispensable entre scientifiques, même entre disciplines voisines.

La valorisation, c’est donner de la valeur, financière ou autre, immédiate ou différée, aux produits de la recherche : publications dans des revues, dépôts de brevets, édition, partenariats avec des entreprises, des instituts (exemple : plateaux expérimentaux), numérisations, décisives pour les trésors qui dorment (U. d’Artois archives des Ecoles normales, CNAM outils anciens).

La médiation correspond à des métiers (bibliothécaire, conservateur, animateur culturel, guides, etc) mais elle concerne maintenant tous les échanges entre sciences et société(s). Cela ne passe pas toujours par une démarche scientifique : cela peut passer par des voies imprévues, des détours artistiques, ludiques ou manipulatoires : à St Omer une docteur en assyriologie a fait pétrir l’argile aux enfants qui ont découvert les tablettes et l’écriture cunéiforme. A Calais, au musée de la dentelle, pour préparer la semaine des maths la responsable a surmonté son impression de « n’être pas légitime » : à partir des cartons Jacquard et avec l’aide des profs du Lycée Professionnel, les jeunes ont abordé le binaire, le numérique en classant les cartons.. Des musées, même modestes, de tous types (arts, traditions populaires, archéologie, techniques et industriels, etc..) prévoient une approche scientifique, avec des médiateurs spécialisés.      

                                                      

   Une question très ouverte : comment justifier socialement les dépenses consacrées à la recherche fondamentale, le choix des terrains et des priorités ?

Dit de façon plus directe : l’assyriologie (l’étude historique de l’Assyrie, l’actuel Iraq, du 18° siècle au 6° siècle avant JC), c’est utile ou futile ? Les universitaires doivent justifier les choix de ce qu’ils cherchent ou enseignent. Mais la justification par le « plaisir de comprendre » suffit elle ?

Deux pistes de réponse :

que nous montre l’histoire des sciences ? le remplacement de la bougie par l’ampoule électrique à la fin du XIX° siècle n’a été possible que grâce aux recherches « inutiles » et même « futiles » (cf les expériences de « magie » dans les salons) démarrées un siècle plus tôt (Franklin, Volta, Cavendish, Faraday..). Des recherches fondamentales aujourd’hui, apparemment « gratuites », peuvent s’avérer très utiles par la suite (cf physique moléculaire et technique des matériaux).

.- quelle démarche susciter ? pas seulement dans le public captif des scolaires, et pas seulement si l’on a un haut niveau scientifique : provoquer l’étonnement, la curiosité, le questionnement, ne pas se limiter au langage mathématique, utiliser le langage commun, les images, vidéos et surtout oser dire « je ne sais pas « , « je ne comprends pas« , travailler sur les méthodes (observation, hypothèses, procédures, mesures, confrontations, vérifications etc;;), distinguer le « pourquoi ? » et le « pour quoi ?« … On peut ainsi espérer trouver le plaisir de chercher, d’avancer, et même de comprendre.

Des ouvertures, des pistes pour le Comité laïque du Nord :

   Pas abordées dans les ateliers où j’étais : les sciences de l’homme et de la société, grandes absentes des efforts de vulgarisation, valorisation, médiation. Leurs frontières avec les sciences de la matière et de la vie sont de plus en plus conflictuelles (cf les neurosciences dans les sciences de l’éducation) ou poreuses (cf biologie génétique et anthropologie..), dans tous les cas des vues transversales sont nécessaires.

  Sciences, techniques et société(s) : l’image des sciences et techniques dans les opinions publiques, la réception des sciences par les entreprises, la société, les pouvoirs publics, les ignorances réciproques entre scientifiques et grand public… autant de thèmes à aborder pour promouvoir les démarches rationnelles dans tous les domaines. Reste à discuter des démarches possibles : partir des savoirs ? partir des questions de la société ?

                                                                                                                                              J.D. le 21.2.2020

Biodiversité : pour aller plus loin, une bibliographie et une webographie très incomplètes

sans oublier votre encyclopédie internet collaborative habituelle

Présentations, biblio, webographies générales :

Muséum national d’Histoire naturelle : http://edu.mnhn.fr/course/view.php?id=47&section=9

IPBES https://ipbes.net/news/Media-Release-Global-Assessment.  .

Ritimo     https://www.ritimo.org/Biodiversite-comment-inverser-la-tendance : biblio très variée, juin 2020 (sciences, grand public, pédago, etc)

Ministère https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/          l’Office français de la biodiversité  www.ofb.gouv.fr

Fondation pour la recherche sur la biodiversité : www.fondationbiodiversite.fr  et parmi ses membres : Mnhn www.mnhn.fr  Cirad www.cirad.fr  Ird www.ird.fr    Inrae www.inrae.fr  Université de Montpellier www.umontpellier.fr

Humanité et biodiversité : www.humanite-biodiversite.frnotamment le livre blanc de 14 associations : « pour que vive la nature, le guide pour agir ».

Pour les jeunes et largement au-delà !

Les ouvrages d’H. Soubelet (ed. Rustica), le dernier : Sauvons les espèces menacées.

Vivre dans et avec l’environnement  Gaille Marie, Mary Donatien – Paris : Gallimard Jeunesse, 2015, 67 P                                                                           

Et les deux revues incontournables : La Hulotte et la Salamandre. 

Sur les espèces, la taxonomie, etc

Les espèces : https://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A8ce#cite_note-56

La taxonomie : https://theconversation.com/la-taxonomie-cette-discipline-essentielle-a-la-comprehension-des-pathogenes-139685?

Pour voir plus large :

Atlas de l’anthropocène (le premier !) sur les différentes aspects de la crise écologique : climat, biodiversité, démographie, mobilisations… 2020 Presses de Sciences Po, 25 €.

Le pouvoir de la biodiversité : Néolibéralisation de la nature dans les pays émergents Sous la direction de Frédéric Thomas et Valérie Boisvert IRD Éditions/Quae – Collection : Objectifs Suds – 2015

Faune sauvage, biodiversité et santé, quels défis ? Serge Morand, François Moutou, Céline Richomme (coordination éditoriale) Editions QUAE Collection : Enjeux sciences , juillet 2014

Penser l’anthropocène (dir. C.Larrère et R.Beau), Presses de Sciences Po 2018, 29 €

Les travaux de l’IDDRI transdisciplinaires, très riches, avec des approches sociales et politiques : https://www.iddri.org/fr/publications-et-evenements  notamment : Santés et biodiversité : One health  notion lancée par l’OMS et la FAO  regroupant les santés de l’environnement, des végétaux, des animaux et des hommes. Climats et biodiversité  : comment prévenir une perte massive de biodiversité ?                        

 Voir aussi à  l’IRD la rubrique SEE : https://www.mivegec.ird.fr/fr/equipes/

Histoire, biodiversité, nature(s) et culture(s) :

Rachel Carson : Printemps silencieux : dans les années 60 la lutte contre le DDT aux Etats Unis et la naissance du mouvement écologique, 1962,  réédition 2020, 323 p. ed. Wildproject  14 €

Philippe Descola : Par – delà nature et culture 2005 rééd. 2016 et 2 articles de P. Descola en 2020  :

https://lejournal.cnrs.fr/articles/philippe-descola-il-faut-repenser-les-rapports-entre-humains-et-non-humains.
https://reporterre.net/Philippe-Descola-La-nature-ca-n-existe-pas .

Sans oublier les effondrements, la collapsologie :

dans Sciences humaines 2 articles                                                                                                                                                        en 2017 une critique des visions catastrophistes, surtout anglo-saxonnes : https://www.scienceshumaines.com/understanding-collapse_fr_38814.html

en 2019 une analyse des livres de « résilience » de l’équipe autour de Pablo Servigne : https://www.scienceshumaines.com/une-autre-fin-du-monde-est-possible_fr_40972.html

et le dernier ouvrage de Catherine et Raphael Larrère : Le Pire n’est pas certain. Essai sur l’aveuglement catastrophiste Premier Parallèle 208 p. 18€.

Liste établie au 4 octobre 2020,  JD

.